26 septembre 2019 disparition de Jacques Chirac

26 septembre 2019 disparition de Jacques Chirac

UNE DATE, UN ÉVÉNEMENT !

C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotion que les français apprenaient la disparition de Jacques Chirac. Le Président Jacques Chirac nous a quittés ,le 26 septembre 2019, les français ont perdu un homme d’Etat qu’ils aimaient beaucoup.

Plus de quarante années de vie politique avaient fait de Jacques Chirac un visage familier des français, il leur rassemblaient.

Petit fils d’instituteur de gauche , fils unique, il a milité brièvement pour le Parti communiste, haut fonctionnaire, parlementaire, ministre, Président de Conseil général de Corrèze, Premier ministre, maire de Paris et Président de la République, il a occupé toutes les plus hautes fonctions. Il a fait ses grands débuts à la télévision à « À armes égales ». Sa notoriété a grimpé en flèche ,et a relevé un tempérament belliqueux, avec un aplomb naturel le débarrassant de la gangue technocratique qui le bridait. C’est ce jour-là que chez Jacques Chirac le fauve politique a définitivement éclipsé le conseiller à la Cour des comptes et l’ex-membre de cabinets ministériels. La disparition du président Georges Pompidou l’a promu, il s’est retrouvé chef de file , leader naturel de la deuxième génération des gaullistes.

Élu président, il avait incarné une certaine idée de la France, une France dont il a constamment veillé à l’unité, à la cohésion et qu’il a protégé courageusement contre les extrêmes et la haine.

Une France indépendante et fière, capable de s’élever contre une intervention militaire injustifiée lorsqu’il refusa en 2003 l’invasion de l’Irak sans mandat des Nations Unies. Il fut un grand Français, il aimait les gens, les humbles , les fragiles etc....

Il a dénoncé le racisme et l’antisémitisme, la laïcité durant son quinquennat, il s’est comporté en véritable républicain, il a achevé sa présidence sur un registre apaisé et populaire, son accident de santé avait attristé les Français. Il a terminé sa vie politique , respecté et apprécié malgré ses ennuis judiciaires et la déception de ses deux mandats. Il a commencé sa carrière , impétueux , belliqueux , casque en tête et sabre à la main , il la clôtura comme François Mitterrand en président paternel, patriarche, la maladie l’a beaucoup humanisée en le dépolissant et transcender tous les clivages politiques.